William Clark, mission 1 : L’éminence bleue (Guillaume Benech)

williamclarkRésumé :  À 15 ans, William Clarck est un apprenti hacker à tendance kleptomane qui utilise ses talents pour restituer à ses camarades les objets confisqués par les professeurs. Jusqu’au jour où il se fait prendre et finit au poste. Il pensait que sa vie n’allait plus jamais être la même, mais il n’imaginait pas à quel point. de retour chez lui, il découvre avec horreur que sa mère a été assassinée et son père lui révèle une vérité incroyable: agent spécial, il a été démasqué et toute sa famille est désormais en danger…
William, aidé par sa meilleure amie Zoé, subtilise un téléphone-Taser aux services secrets auxquels il a été confié. Ensemble, ils se lancent dans une périlleuse aventure à la poursuite de l’insaisissable tueur qui a juré la perte des Clarck.

On continue sur la lancé avec un deuxième partenariat avec Livraddict et les éditions Michel Lafon que je remercie 🙂

Guillaume Benech est un jeune auteur qui vient tout juste d’avoir 17 ans et qui occupe une place toujours plus croissance dans les médias (télévision, presse, radio, Youtube) que j’ai découvert personnellement grâce à mon amie et blogueuse Kaecilia mais également suite à son intervention lors d’une conférence TED. Il a également lancé sa propre maison d’édition et l’on peut retrouver en version numérique et plus récemment sur papier un bimensuel « l’petit mardi » qui est écrit exclusivement par des adolescents et financé par la publicité.

Suite à deux premiers romans auto-édités, l’auteur revient avec ce nouveau roman paru aux Editions Michel Lafon. Je dois dire tout de suite que je n’ai pas vraiment été emballé par ma lecture.

Commençons tout de même par les points positifs. L’histoire est très facile à lire, le vocabulaire est relativement riche et on sent le potentiel de ce jeune auteur. Sur la forme, je n’ai ainsi pas vraiment de critique à formuler. Par ailleurs, j’ai trouvé qu’il y avait quelque chose à exploiter sur la fin de l’histoire qui est plutôt originale.

Du côté des points négatifs, je tiens tout d’abord à préciser que j’ai une appétence particulière pour tout ce qui tourne autour des nouvelles technologies et particulièrement la sécurité informatique et j’ai déjà eu l’occasion de lire de nombreux technothrillers. J’interviens d’ailleurs comme contributeur sécurité sur divers forums informatiques même si je dois bien avouer que ma présence au cours de ces derniers mois a été réduite à la portion congrue compte tenu du peu de temps libre dont je dispose.

C’est pourquoi, quand je lis sur la quatrième de couverture que l’auteur a quelques connaissances en matière de hacking j’attends a minima un minimum de crédibilité sur la partie technologique de l’histoire ce qui n’a malheureusement pas été le cas. Je ne vais pas rentrer dans les détails pour ne pas spoiler ceux qui souhaitent lire le livre et parce que ça n’aurait pas grand intérêt. Toutefois à titre d’exemple lire que le hacker en herbe utilise des produits Apple et particulièrement un Mac pour réaliser les piratages est une totale hérésie. De même, la manière dont il va réussir à infiltrer le réseau du MI6 (qui est quand même l’un des services secrets les plus puissants au monde) est absolument impensable.

Si on oublie l’aspect technologie, on constate d’autres éléments invraisemblables. Des adolescents qui se baladent sans qu’on ait l’impression que ça n’inquiète personne où tout arrive toujours à point nommé. Des personnages qui arrivent mystérieusement sans qu’on n’en ait eu vent avant, des adultes qui acceptent presque sans résistance les demandes insensées des adolescents,…

Tous ces éléments (et bien d’autres encore) font qu’à moins de considérer une irresponsabilité collective, il est impossible de croire à cette histoire et ce même en prenant en compte le fait qu’un livre parlant d’agents secrets va nécessairement comporter une part d' »exagération ».

Pour conclure, je pense que Guillaume Benech a toutes les cartes en main pour continuer à écrire, que son jeune âge explique sans doute sa vision un peu idéaliste des choses et que cela s’améliorera avec le temps. Il serait peut être aussi intéressant de faire un travail de recherche plus poussés pour crédibilisé son histoire.

Publicités

2 réflexions sur “William Clark, mission 1 : L’éminence bleue (Guillaume Benech)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s