Dans l’ombre du Viaduc (Alain Delmas)

danslombreduviaducRésumé : Espagne, fin des années cinquante. Arnaud Madrier a l’occasion de séjourner sur les lieux mêmes où quelque vingt ans plus tôt, engagé dans les Brigades internationales, son père a mystérieusement disparu. Ce voyage représente pour lui la possibilité de comprendre enfin ce qui s’est alors passé. Mais sa venue dérange, comme si les faubourgs de Teruel résonnaient encore des événements dramatiques qui s’y sont joué autrefois. La boite de Pandore qu’il entrouvre va dévoiler des secrets qui, en quelques jours, ne tarderont pas à marquer à jamais ceux qu’il rencontre et à bouleverser leurs vies. La sienne aussi.

 

 

Avant toute chose, je tiens à remercier Livraddict et Alain Delmas pour ce partenariat qui me conforte dans l’idée qu’en lisant des auto-édités on peut faire de bonnes découvertes !

Comme vous aurez pu le remarquer j’ai eu l’occasion ces dernières semaines d’avoir plusieurs coups de cœur parmi mes lectures et ce qui a je pense eu pour effet d’élever mon niveau d’exigence et de vouloir à chaque nouvelle lecture faire une comparaison par rapport à ce que j’avais pu découvrir précédemment.

C’est pourquoi, quand j’ai entamé « Dans l’ombre du Viaduc » j’étais assez perplexe car je n’ai pas réussi tout de suite à m’imprégner de l’histoire. Toutefois, comme il est très rare que je ne finisse pas un livre j’ai poursuivi ma lecture et je ne le regrette pas. En effet, arrivé à la fin je me rends compte que les 40/50 premières pages sont nécessaires pour poser le décor et les personnages. La guerre civile espagnole et la période qui suit (et dans laquelle se déroule le récit) m’est pour ainsi dire totalement inconnue je ne pourrai donc pas « apprécier » la crédibilité des événements historiques relatés mais je fais confiance à l’auteur sur la véracité de la description du climat général.

L’histoire relate donc la vie post guerre civile et montre les tensions persistantes de personnes qui ont pu être en conflit et qui sont contraintes de continuer à vivre ensemble. On ressens bien l’ambiance pesante, l’importance des non-dits et les séquelles que la guerre a eu sur les personnages. On y découvre également l’omniprésence de la corruption et plus généralement le mode de vie des années 50 qui selon moi n’est pas nécessairement spécifique à l’Espagne avec les restrictions relatives à la liberté de parole, l’importance de la famille et le peu de liberté accordé aux femmes.

Arnaud va faire les frais de vouloir remuer un passé que beaucoup de monde cherchent à oublier. Est il bon de vouloir à tout prix sortir les sorcières du placard et jusqu’où Arnaud sera t’il prêt à aller pour faire éclater la vérité ? Si cela vous intéresse, vous pouvez retrouver l’ouvrage sur Amazon en versions papier et numérique 😉

C’est un roman assez court (290 pages) qui se lit très rapidement. Pour un premier livre, je trouve le résultat prometteur et je serais curieux de retrouver par la suite la plume d’Alain Delmas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s